M vous aime : Profitez du paiement en 3 fois sans frais dès 200 euros d'achat.

PANIER 0

Casablana. 28 janvier 2020

Je rentre demain. Avec un peu de bol, suis à 12:30 à la sortie du bahut. Je rêve de sniffer le creux de son cou.
7 jours. Marrakech, les tapis, des paniers, la pluie, les mains gelées.
Et ici, comme un voyage dans le temps dans cette ville dont j’aime tant la grande mosquée, sur cette plage où pour la première fois j’ai dessiné un M. C’était il y a presque 4 ans.
J’ai rencontré des gens formidables, j’ai passé des moments de fraternité. C’est con comme mot la fraternité? J’ai rencontré des gens dont le seul but était de m’aider. Je me suis perdue dans les gares, dans les rues. Je me suis perdue pour mieux continuer à me trouver.
Créer ou dénicher le talent des autres. Sentir d’un coup mon regard s’arrêter, aimanté par un truc, moment fugace.
J’ai rencontré Abdou. Quand il était étudiant, il habitait dans une chambre de bonne au 40 de la rue Condorcet. Maintenant il vend des chapeaux quartier Gauthier.
J’ai rencontré Simon au milieu de ses sacs, Rita et ses bijoux, Anna et ses tapis, des créateurs qui font des fringues de dingues. Mais rien pour faire fabriquer. Le destin se mêle toujours de tout et parfois il fait bien.
Si mon truc était de trouver Simon, Anna ou Rita et de les mettre dans un coin de ma valise pour les rapporter de l’autre côté de la Méditerranée.
Je n’ai pas trouvé ce que je suis venue chercher mais peut-être que lorsque l’on prend des trains et que l’on regarde le paysage défiler, on n’arrive pas forcément là où l’on pensait aller mais là où on devait aller.
Je suis allée à Rabat revoir Les Oudayas. J’ai pris le vent dans la gueule et l’air de l’océan. Je me suis souvenue que c’est dans cette ville que j’ai commencé à écrire mon bouquin. Le prochain. Dans cette ville qu’elle suffoque, qu’elle manque d’air, qu’elle sent le frottement violent du gant sur cette peau dont il a caressé chaque centimètre carré. 
Il sortira en 2021.
Maintenant je me souviendrai aussi que c’est ici qu’on est devenue 50 000.
L’aventure continue. Je ne sais pas où nous irons la prochaine fois mais je sais que où que l’on aille, il y a toujours quelque chose à y trouver. 
Je rentre. Je profite de mes hommes. Et je serai samedi au magasin.
Je vous embrasse.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour permettre de suivre votre navigation, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ICI.
J'accepte