PANIER 0

19 octobre - Maroc

La fin du début et le début de la suite... Ça fait quelques jours que je sais qu'il faut que je lève le pied. Mon dos. "C'est le stress Mademoiselle, le stress. Faites du Yoga? Du tai-chi ? De la boxe? Il faut prendre du temps pour soi vous savez... Oui oui, je vais y penser..." T'as déjà à peine le temps de faire pipi, alors le cours de tai-chi, là tout de suite, ça te paraît pas vraiment la priorité... Mais il faut avancer. Même si j'ai peur de casser cette dynamique que j'ai mis tant d'énergie à créer. " il faut que tu arrêtes de vendre comme ça sur insta. Non parce que d'abord, si tu continues à vendre des plaids un par un en mp jusqu'à 3 heures du matin, t'auras jamais le temps de finir ton site. Et puis, ça sert à quoi de faire un site si tu vends tes plaids en mp???" Pas faux. "Ton site, il faut qu'il soit top le premier jour. Parce que les clientes, elles viennent voir et si elles sont déçues, elles reviennent jamais. Non, je te dis pas ça pour te mettre la pression hein? Non non, ça ne me met pas la pression, t'inquiète..." Compter les jours. 19. Bientôt, je compterai les heures. Jamais je n'aurais imaginé que ce soit un tel travail, la difficulté de construire quelque chose qui vous ressemble. La fin du début & le début de la suite. À partir de ce soir, je ne prendrai plus de commande sur Insta. Au moins jusqu'au 6 novembre. Se faire violence. Croire en soi. Se dire que si en 2 semaines tout s'effondre, ç'est que ce que l'on a construit n'était pas très solide. Une fois le e-shop lancé, on verra... "Si tu continues à vendre sur insta, elles viendront pas sur le site! Juste un truc ou deux, mes coups de cœur! J'aime bien ce lien. Bon..." Alors pour celles qui voulaient commander, il va falloir attendre. Il paraît que cela s'appelle relativiser. Dans notre folle époque où Amazon nous a appris à tout avoir tout de suite, dans cette société où règne la dictature de l'immédiateté... 6 novembre. Moi, d'ici là, je vais essayer de ne pas rater la dernière ligne droite. Parce que sinon, il paraît que vous ne reviendrez jamais... C est pas gagné. Mais c'est pas perdu non plus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour permettre de suivre votre navigation, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ICI.
J'accepte